La vieille France : la Bretagne (1891)

Publié le par Erwelyn

1891 La Bretagne La Bretagne - ed 1994 Le Téléphonoscope n°7 : La Bretagne


La réédition de 1994 chez Inter-Livres (au centre) est bizarrement accompagnée d'une jacquette glacée comportant une peinture d'Eugène Isabey (1803-1886) : L'embouchure du Gouet et la baie de Saint-Brieuc. Je n'ai pas trouvé de point commun entre les deux artistes hormis leur goût pour la Bretagne. Le choix de cette couverture est assez inattendue d'autant que leurs styles graphiques sont très différents.

Bretonne d'origine et de coeur, il est tout à fait normal d'être touchée à la fois par le texte que par les magnifiques dessins de Robida. Il nous fait parcourir si ce n'est la totalité au moins une grande partie de cette vieille France. De l'architecture des maisons à colombages aux fermes en toit de chaume, des ruelles ombragées des villes moyen-âgeuses aux calvaires des prieurés c'est tout un voyage dépaysant qui nous happe. On regrettera que son crayon ne soit pas plus enclin aux paysages ; il y en a peu en comparaison avec les nombreuses architectures médiévales, mais comme le souligne Michel Robida* (petit-fils d'Albert) : "Je ne connais pas de lui une seule vision de campagne qui ne soit ramenée aux proportions humaines par la présenc d'un hameau, d'une ferme, d'un moulin, à tout le moins d'une carriole bâchée de toile ; seule la forêt peut se passer pour lui de toute figuration." 
Cela reste donc un grand moment de bonheur pour qui aime cette région et qui l'a un peu parcourue. Tourner une page et apercevoir une place où l'on s'est arrêté, revenir en arrière pour revoir une église dont on a passé le seuil ou se rendre directement sur l'image d'un village que l'on a traversé, c'est toute la magie que cet ouvrage procure. Surtout quand on sait que bien des édifices ne sont plus aujourd'hui que des tas de pierres ou des façades de maisons rénovées ayant perdu tout le charme du passé.
Albert Robida aura passé près de dix ans à parcourir durant ses vacances cette Bretagne d'un temps révolu. Il laisse ici un témoignage visuel et textuel considérable. La Bretagne sera régulièrement mise à l'honneur par Robida. Il consacrera par exemple un ouvrage distiné à la jeunesse : Kerbiniou le très madré (1891) dont on reparlera sur ce blog. Merci Monsieur Robida.

*Cet extrait qu'Armel de Wisme reprend dans sa préface est tiré du livre Les Bourgeois de Paris, trois siècle de chronique familiale de Michel Robida. 

Je ne résiste pas à vous livrer un aperçu avec cette belle crique de Ploumanach et sa chapelle St Quirec.


Ploumanach : la chappelle St Quirec

Je vous invite à découvrir le n°7 de la revue Le Téléphonoscope (en haut à droite), éditée par l'association des amis de Robida, entièrement consacré à la Bretagne : Robida en Bretagne - Robida e Breizh. Outre de nombreux articles très riches d'intérêt, il possède aussi des aquarelles inédites en couleur de l'artiste. Et, c'est aussi son originalité, tous les titres et sommaire de la couverture sont en bilingue : français-breton. Un bel hommage à cette région, active dans son désir de maintien de son identité et de sa langue.
On se le procure directement auprès de l'association.

Publié dans Voyages en France

Commenter cet article