Saturnin Farandoul, première partie (1879) : résumé

Publié le par Erwelyn

Saturnin Farandoul en Océanie


Voyages très extraordinaires de Saturnin Farandoul dans les cinq ou six parties du monde et dans tous les pays connus et même inconnus de Mr Jules Verne

Albert Robida (1879)


Première partie : en Océanie : le roi des singes
Dans cette première partie qui forme une extraordinaire aventure à elle seule, on découvre les premiers pas de Saturnin Farandoul dans le monde et sa tentative de conquérir l'Australie avec une armée de singes.

Alors qu'il n'est qu'un bébé de 4 mois et 7 jours, le bateau qui transporte sa famille fait naufrage et, seul rescapé, Saturnin Farandoul échoue sur une île où vit une tribu de singes. Recueilli par une famille d'orangs-outangs, il est élevé avec les autres petits singes. Mais en grandissant il se rend compte qu'il n'est pas tout à fait comme eux et décide de quitter l'île sur un radeau de fortune, en l'occurrence le tronc d'un vieux cocotier.

Saturnin est alors repéré par le capitaine Lastic qui le récupère à bord de son trois mâts, la Belle Léocardie. Lastic adopte le jeune garçon, reconnaissant en lui le fils d'un de ses amis disparu en mer plusieurs années plus tôt, lui apprend à parler, à écrire, à s'habiller et l'initie au métier de marin. Saturnin voyage alors pendant cinq ans, parcourant les mers du globe.
Mais un jour, à l'approche des îles Soulou, le bateau est attaqué par des pirates malais qui ramène le trois mâts et l'équipage prisonnier sur l'île de Bassilan où leur chef Bora-Bora les attend. Pour fêter leur prise providentielle, les pirates organisent une véritable orgie et Saturnin est désigné pour remplacer le cuistot malais qui désire rejoindre ses camarades de beuverie. Le garçon transforme alors le sanglier qui doit être servi en véritable bombe le bourrant de cailloux et de sacs de balles, déposé sur un lit de poudre et le tout relié à une mèche qu'il ne manque pas d'allumer.
Après l'explosion et durant les mouvements de panique, Saturnin qui s'est agrippé à Bora-Bora, déleste ce dernier d'une ceinture qui s'avère être pleine de différents papiers dont un acte authentique d'une société, la Bora-Bora et Cie dont les capitaux se montent à 54 millions de pièces.
Enrichis de façon inattendue, Saturnin et le reste de l'équipage rejoignent la Belle Léocardie et s'enfuient. Le capitaine Lastic ayant été tué durant l'affrontement, son second, le lieutenant Mandibul, à qui le poste de capitaine revient de droit, laisse sa place à Saturnin, ému par ses exploits.
Après un passage à la banque de Borneo pour tenter de récupérer les fonds de Bora-Bora, et le temps que les négociations se mettent en place, le Capitaine Farandoul s'accorde avec son équipage un peu de repos. Il tente de retrouver l'île aux singes de son enfance mais, sans succès, s'établit sur une autre île apparemment déserte. Mais bientôt les pirates malais, accompagnés de nègres Dayaks, et toujours menés par Bora-Bora, les rattrapent et il s'ensuit un siège et un blocus d'où Saturnin et ses compagnons ne sortent que grâce à l'ingéniosité du jeune homme et à l'intervention d'un inconnu.
En effet, après s'être d'abord protégés dans une grotte et derrière une muraille de pauvres tortues, entassées sur le dos pour former un rempart, Saturnin et son lieutenant Mandibul sont rejoint par un Européen, vivant sur l'île qui leur propose son aide. Et c'est ainsi que grâce au Capitaine Nemo, car ils étaient en fait sur la fameuse île mystérieuse, et ses scaphandriers, tout le monde fut sauvé des pirates. Mais à cela , faut-il encore ajouter que Nemo avait permis à Farandoul de rejoindre son île aux singes, et qu'il revint ainsi en pirogue avec une armée simiesque.
Après cet épisode et quelques expériences sous-marines effrayantes, car Saturnin avait pris goût à la balade dans les fonds marins, côtoyant ainsi quelques monstres des profondeurs, le jeune capitaine débarque, tout de fer vêtu sur l’île de Timor, dirigée par le rajah Ra-Tafia. Il fait la connaissance de sa fille Mysora et en tombe éperdument amoureux. Et comme elle désire aussi découvrir la vie sous-marine, ils se baladent ensemble dans leur scaphandre, jusqu’au jour où Myzora est malencontreusement avalée par une baleine. Avec l’aide de Mandibul, ancien chasseur de baleines, ils harponnent l’animal et se laissent traîner jusqu’en Australie.
Mais là, la baleine vient s'échouer dans l'aquarium du vieux savant Crocknuff. Ce dernier heureux d'ajouter l'animal marin à sa collection, l'enferme et découvre la présence de la jeune fille. S'éprenant également d'elle, il refuse de la libérer.
Furieux, Saturnin Farandoul déclare la guerre à l'Australie !
Il organise en peu de temps son armée "farandoulienne" composée à la fois d'hommes (bimanes) et de singes (quadrumanes). Mais Crocknuff, résiste faisant preuve de stratégie. L'armée australienne s'en mêle bien évidemment, s'heurtant à 40000 singes répartis en plusieurs troupes, chacune dirigée par un des anciens marins de la Belle Léocardie. Les ambitions de Faranfoul grandissantes, il rêve de créer un empire océanien où il amènerait "la race simiesque, qu'il appelle une race d'hommes imparfaites, à la civilisation et la rapprocher de la race humaine". Et après de rudes combats, "le lien rattachant l'Australie à l'Angleterre est rompu et le pays prend le nom de Farandoulie ! Sa Majesté Saturnin 1er, son Auguste fondateur, prend le tire de Roi des Singes."
Seul, Crocknuff continue de résister. Finalement, il place de la dynamite dans son aquarium et lors d'une ultime attaque de la part de Farandoul pour sauver Mysora, toujours enfermée dans son scaphandre, il fait tout sauter. Les jeunes gens arrivent néanmoins à s'échapper mais malheureusement la baleine et un requin de l'aquarium, affolés, les frôlent et le tube à air de Mysora est sectionné. La jeune fille meurt dans les bras de Saturnin.
Malgré son chagrin, Saturnin Farandoul met en place son nouvel empire. Bimanes et quadrumanes vivent ensemble en bonne intelligence. Et s'il y a quelques réticences au départ, surtout de la part de certaines bourgeoises, très vite, les singes sont assimilés. Mais même si leur intelligence est forte, elle reste moindre par rapport aux humains et en Angleterre on charge l'espionne bimane Lady Arabella Cardigan de mener à la perte l'armée simiesque en manipulant les chefs quadrumanes. Elle fait livrer par exemple des tonneaux de Kirsch à la place d'eau. Les singes enivrés perdent complètement la tête. Et c'est une armée en déroute de 40000 singes qui déposent les armes.
Réfugié dans un fortin, Farandoul, Mandibul et le reste de son ancien équipage plus quelques singes dont certains de sa famille d'adoption tentent de repousser les assaillants puis finissent par capituler.
Saturnin et ses hommes sont condamnés à rejoindre l'Europe pour être jugés. Le jeune homme demande l'autorisation de remettre le trois mâts la Belle Léocardie aux singes, afin que ces derniers puissent rejoindre leur île. Ensuite, lui et ses compagnons embarquent sur une chaloupe pour rejoindre la frégate amirale.
C'est alors qu'un nouveau retournement de situation intervient en la personne de ce cher Capitaine Némo qui les récupère in extremis dans le Nautilus. Il les mènent jusqu'à l'île aux singes où Farandoul rejoint sa famille et ses amis quadrumanes puis ré-embarque avec son équipage sur la Belle Léocardie, direction l'île mystérieuse où le capitaine a caché les 54 millions de pièces de Bora-Bora. Car durant tout ce temps où Farandoul créait son empire, les négociations avaient avancé à son désavantage et sans l'intervention de Nemo, il aurait tout perdu.
Après les adieux, la Belle Léocardie reprend la mer en direction du Havre. Mais à quelques rames du quai, le fond du bateau alourdi par la surcharge exercée par les pièces, cède et le trois mâts se met à couler. Les hommes rejoignent le port à la nage, démuni de leur trésor.
Seule consolation pour Saturnin Farandoul : il découvre sur le quai son père adoptif attaché à une chaîne qui avait été fait prisonnier lors des combats en Océanie et vendu à un marchand de curiosités. Se dépossédant des derniers 35 francs qu'il avait gardés dans sa poche, il rachète son père, gagne Paris avec ses amis afin d'honorer une mission que le Capitaine Nemo lui avait donné, à savoir remettre une lettre à Mr Jules Verne, et installe confortablement son père "dans un appartement à part avec un petit jardin", au Jardin des Plantes.
Il peut désormais laisser germer d'autres projets, notamment celui de rejoindre l'Amérique !

Commenter cet article

James Ballyhoo 13/06/2009 16:33

J'ai découvert une version de "Paris de siècle en siècle", édition originale de 1896 au format PDF à l'université de Toronto. Le texte est assez peu lisible, mais les illustrations sont convenables. J'ai donc entrepris la restauration (si l'on peu dire ainsi) de cet ouvrage en produisant un fac-similé respectant au plus près la mise en page et la graphie générale de l'ouvrage. J'ai repris également toutes les illustrations, en noir et en couleur), il y en a 293 au total. Je me propose de l'éditer par moi-même, ou de proposer ce travail à un éditeur. Pensez-vous que c'est une bonne idée ? Il me semble que cet ouvrage est quasi introuvable, hors-mis chez des libraires spécialisés, mais alors à des prix très élevés (justifiés sans doute...)
Quelqu'un a-t-il un avis sur la question ?
Éventuellement, je peux fournir un "échantillon" de mon travail sur demande à mon adresse mail.
Merci d'avance.
James